La Dernière Heure/les Sports : Dewit : “Ce club m’a appris beaucoup de choses”

Les Castors ignorent toujours s’ils évolueront en P1 ou en R2 l’an prochain.

Fourbus mais heureux, les Brainois ont longtemps fêté le gain des playoffs avec leurs supporters venus nombreux. Tant au Speedy qu’à Braine-l’Alleud, le public a répondu présent. Même si pour le parquet ce fut souvent du hourra-basket, les fans auront apprécié la grosse énergie des 10 acteurs. En somme, ce fut une belle propagande pour le basket provincial. Eux qui voudraient monter à l’échelon régional, les Castors ne sont toujours pas fixés sur leur sort. Loïc Dewit, l’un des acteurs les plus en vue de ce game 3 avec 20 points, savourait. “Ce fut serré mais le mental a payé. On avait envie d’offrir ce succès aux supporters. En fin de troisième quart, quand le Speedy s ’est rapproché, on n’a pas eu peur de prendre nos responsabilités. Le plan de match était d’encaisser un maximum de 15 unités par quart-temps. Au Speedy, en semaine, on avait évolué de façon fébrile. Ici, on s’est libérés en fin de match.”
CE MATCH fut à l’image de la saison brainoise : à rebondissements. “On a connu un second tour difficile avec des défaites et parfois des embrouilles mais on a su se mobiliser pour les playoffs. Le résultat, c’est que le travail paye. On voulait gagner ce tour final et je suis très fier de ce qu’on a réalisé. Ce club m’a appris beaucoup de choses. Maintenant, de nombreux joueurs dans l’équipe souhaitent monter. On a envie d’aller plus haut.”
Pour le jeune homme de bientôt 20 ans, formé au club et qui a connu la R2 il y a quelques saisons (“J’étais dans l’équipe, les résultats avaient été catastrophiques. On est descendus directement en Provinciale”), il ne faudrait pas grand-chose pour que le team brainois tienne la route en R2. “Notre force, c’est notre rapidité et notre polyvalence. Beaucoup de joueurs peuvent évoluer à différents postes dans l’équipe, cela peut désorienter un adversaire. Le fait qu’il nous manque un vrai poste 5 ne me fait pas particulièrement peur car on a du répondant physiquement. Il nous manque juste des gars d’expérience dont on pourrait s’inspirer.” Les Castors attendent à présent une fumée blanche en provenance du CP Brabant.

Christophe Kugener

Source : La Dernière Heure/Les Sports