La Dernière Heure/Les Sports : « Une élimination ne serait pas un échec »

Keltern (All) – Mithra Castors Braine

Mercredi 19h

Le président des Castors reste optimiste avant le match décisif en Allemagne

« Combien de chances je nous donne de passer les poules ? 2 sur 3, enfin non, je vais aller plus loin, je nous donne trois chances sur quatre de passer. Je suis résolument confiant. »

Interrogé l’avant-veille de la confrontation à Keltern, Jaques Platieau se veut résolument optimiste. Le président des Castors tente en tout cas de transmettre son enthousiasme. « Je crois et j’espère qu’on va passer. En tout cas, avec tout ce qu’on a vécu, j’espère qu’on a mangé notre pain noir pour les dix prochaines années. »

L’homme fort brainois fait ici référence à la cascade de blessés qu’a connue le noyau. « La poisse qui est tombée sur nous a eu des conséquences dramatiques sur l’équipe. Si nous ne qualifions pas, je ne parlerai pas d’échec. C’est une véritable expérience qui va nous rendre plus forts. »

Jacques Platieau reste intimement persuadé que la malchance a changé la donne de ce groupe F. « Notre ambition de gagner les 6 matchs de notre poule était réelle. Je suis certain qu’avec une équipe au complet, on battait même Gérone. » La rencontre face à Keltern est restée en travers de la gorge présidentielle. « Que ce soit au niveau du staff et des joueuses, j’ai l’impression qu’on a seulement joué les dix dernières minutes. Il n’y a pas photo entre les deux formations. Sans toutes nos éclopées et ce mauvais match, on doit gagner cette rencontre de 20 points. »

Une élimination précoce des Belges en EuroCup ne virerait pas au tragique. « Non, on sait d’où on vient. On se focaliserait alors vers nos compétitions nationales et la possibilité d’un doublé Coupe-Championnat. Ensuite, on préparerait déjà la saison 2017-18 autour de la future académie. Dans l’avenir, je veux étoffer les noyaux des équipes Seniors 1 et 2 avec davantage de jeunes Belges. »

Si Braine devait échouer, il y aurait cependant du changement. Mais le président tient tout de même à rassurer le public. « L’option au sujet de Bjelica ne devrait pas être levée mais Copper évoluera bien sous le maillot brainois en 2017. Kahleah se plaît très bien chez nous, où elle s’est remarquablement intégrée. Son talent s’extériorise mieux. Sa première mi-temps contre Gérone fut excellente. C’est le signe qu’elle s’acclimate de mieux en mieux au jeu européen. »

Une qualification vers le « Final 16 » signifierait par contre la venue d’un cador à Braine. Mais c’est une autre histoire…

Christophe KUGENER

Source : La Dernière Heure/Les Sports


Mayombo s’épanouit à Keltern

L’ancienne Brainoise, après Liège et Namur, évolue désormais en Allemagne

Une seconde place en Bundesliga (avec une série en cours de sept succès) et un statut de 10e marqueuse du championnat teuton : les affaires roulent pour Keltern et Emmanuella Mayombo.

« J’ai rapidement trouvé mes marques en Allemagne car j’ai su faire ma place et gagner la confiance, le respect de tous, ce qui me permet d’être bien dans ma tête et mon basket. Puis avec Dieu tout est plus simple ! » indique la joueuse qui ressent tout de même la pression. « Ici, j’ai le statut d’étrangère donc il y a plus de regards et d’attentes je dirais. J’essaye juste de rester moi-même et de garder les pieds sur terre. »

L’événement de ce mercredi soir ne sera pas perçu comme la rencontre de l’année mais un match qui fait partie d’un apprentissage : « C’est un match important pour tous, le public, les dirigeants comme les joueuses parce que si nous gagnons, nous écrivons non seulement l’histoire du club qui est pour la première fois en EuroCup mais aussi celle de l’Allemagne car ce serait la première fois que deux clubs (Wasserburg&Keltern) de ligue féminine passent le premier tour. »

Manu est bien placée pour évoquer les différentes de style entre les compétitions. « Ce sont deux championnats très différents. Le teuton est beaucoup plus physique que le belge. Ce qui est mieux en Allemagne, c’est que tous les matchs doivent être joués. Je veux dire par là que tout le monde peut gagner contre tout le monde donc, hors de question de se relâcher contre une équipe située plus bas dans le classement. »

Pour battre Braine, Keltern devra rendre une copie identique à celle de l’aller. « La force de notre équipe c’est la rapidité, notre défense et le fait que le danger peut venir de tout le monde. Je pense que notre défense a été la clé à Braine. Il va falloir essayer de faire mieux que ce que nous avons fait là-bas pour gagner parce que ce soir, c’est un do or die pour chaque équipe… »

Christophe KUGENER

Source : La Dernière Heure/Les Sports


Une revanche à prendre

Début novembre, devant un public médusé, Braine avait signé son pire match dans le Groupe F (62-68). Jouant réellement à leur niveau lors du dernier quart, les Castors s’étaient mis en branle trop tard car les Allemandes de Keltern avaient un moment compté près de vingt unités d’avance. Sans Miljkovic (retour en janvier), Grzesinki et Lehtoranta (saison terminée), le banc brainois ne compte que trois rotations avec le trio Anderson – Brezinova – Milic. Tandis
que la première a été préservée le week-end dernier et tiendra sa place, les deux dernières ont pu répéter (en toute décontraction ou presque) leurs gammes à Houthalen. Si Anderson est toujours irréprochable au plan de l’intensité et de l’engagement, ses deux compères devront se mettre au diapason. Ce sera une absolue nécessité. À l’aller, le banc brabançon n’avait apporté que… deux unités sur l’ensemble de la rencontre. Insuffisant pour peser, d’autant plus que le collectif brainois avait été l’auteur de 19 pertes de balle. Dernière précision : de rouge il y a une semaine, le feu pour Trahan-Davis (contracture au mollet) est passé par l’orange et irait vers le vert…

REBONDS
En direct de Keltern

SUPPORTERS Ils auraient été plus nombreux sans les examens mais une vingtaine de supporters brainois feront le déplacement, à Keltern. Une ville voisine de Karlsruhe et qui se trouve à environ 500 kilomètres du Brabant wallon.

KELTERN Emmanuelle Mayombo n’est pas la seule Belge du noyau allemand. Opérée aux ligaments croisés du genou en janvier 2016, Romina Ciappina n’a toujours pas repris les sessions collectives. La Serbe Maja Vucurovic (25 ans, 1,87m) a, elle, évolué sous les couleurs de Waregem de 2012 à 2014.

6 POINTS Braine s’est incliné 62-68 à l’aller. En raison de sa balance positive sur Keltern (+53), Braine se qualifiera s’il gagne de six points (ou plus). Les deux premiers des huit groupes sont qualifiés. Le Final 16 n’est pas tiré au sort : en fonction du ratio total (d’abord le nombre de victoires, ensuite la balance des points), le premier affronte le 16e, le second le 15e…